4 m 5 m 6 m 7 m 8 m 9 m 10 m 11 m 12 m 13 m 14 m 15 m

L'ile de Sein

L'île de Sein est une petite île au ras de l'eau en face de la pointe du Raz. Elle est habitée par une centaine d'habitants l'hiver et un millier l'été.

Nous sommes allés découvrir cette île du Ponant dans la mer d'Iroise. Nous connaissions déjà Ouessant, Molène et Quemenez. Nous avons trouvé des ressemblances de l'île de Sein avec Molène avec une disposition similaire des quais et une taille comparable. Mais l'île de Sein a une personnalité propre. Elle est très proche du continent et en même temps séparé par le raz de Sein un passage difficile pour les bateaux. C'est une île menacée par les tempêtes et où les ressources sont limitées et où la population doit se défendre pour sa survie.

Le raz de Sein

Pour aller à l'île de Sein, nous avons pris le ferry à Audierne qui est le port du continent le plus proche de l'île. Le bateau a longé la terre devant Plogoff jusqu'à la pointe du Raz qui est la terre française du continent la plus à l'ouest. La pointe se prolonge par des rochers jusqu'au petit phare qui marque le raz de Sein dans lequel on peut mesurer des courants de 7 nœuds (13 km/h). Notre bateau avec ses 18 nœuds ne craint pas ce passage, mais un petit voilier doit bien étudier les horaires des marées, les courants et les vents pour le franchir. Il faut éviter de s'y engager par mauvais temps quand le vent est contre le courant. Par vent d'Est, la moindre brise soufflant contre le fort courant met tout de suite le Raz en colère avec formation d'une mer hachée aux vagues très hautes et pentues pouvant déferler. Certaines cartes signalent les nombreux naufrages autour de l'île. Pour un bateau limité à 6 miles d'un abri, il y a un aussi un souci pour relier l'île de Sein. Au sud 16 miles séparent Audierne de Sein et au nord, il y a 22 miles entre Sein et Morgat ou Treboul. Mais rien n'est impossible : en repartant de l'île, nous avons croisé 3 kayaks de mer qui se trouvaient au milieu du raz de Sein.

L'arrivée sur l'île se fait par le Nord. Le bateau contourne des roches à fleur d'eau et suit le chenal bien balisé. Notre bâtiment s'arrête à la première jetée, alors que les plaisanciers et les bateaux de pêcheurs s'enfoncent plus au fond pour jeter l'ancre. Les fonds étant souvent rocheux, les bateaux qui béquillent sont plus à l'aise que ceux qui s’échouent à fond plat et doivent rechercher les fonds sableux au milieu du port.

Sur l'île, les carrioles à bras, parfois décorées ou porteuses de message, servent de véhicule pour transporter les courses. L'absence de voiture confère à l'île une tranquillité apaisante et un dépaysement par rapport à la vie sur le continent. Quelques tracteurs assurent quand même le déplacement des charges les plus lourdes et l'hôtel Ar-men a un véhicule pour chercher les marchandises sur le port. Les maisons sont blotties les unes contre les autres pour empêcher le vent de passer et laissant à peine un petit passage à de petites ruelles sinueuses.

En débarquant du bateau, nous sommes d'abord arrivés sur le quai des Paimpolais. Les Paimpolais étaient une communauté de marins sur une trentaine de bateaux qui, au 19ème, venaient sur l'île de Sein pour pêcher la langouste. Ils étaient bien organisés et avaient leur propre réseau de mareyage sur le continent à Audierne en particulier. La cohabitation avec la Sénans ne fut pas toujours heureuse et marqua durablement la mémoire de l'île.

Des Français libres

Nous sommes ensuite allés sur le quai des Français libres où se trouvait notre maison d'hôte qui est l'ancien Hôtel de l'océan. Dans notre chambre, la grand-mère de notre hôtesse avait installé le poste de radio à partir duquel les Sénans entendirent l'appel du Général De Gaulle en 1940. Le 24 juin dans la nuit, deux premiers bateaux, le Rouanez-ar-Mor et la Velleda, affichant complet partirent vers Londres avec 55 hommes. Le 26 juin, une deuxième vague partit sur le Rouanez-ar-Peoc'h, le Maris Stella et le Corbeau des Mer, devant toute la population présente sur le terre-plein bordant la cale. Tous les hommes de l'île partirent rejoindre le Général sur ces bateaux de pêche. 32 d'entre eux ne revinrent jamais. Cet événement marqua durablement l'histoire de Sein et de la France. L'ile de Sein a été cité compagnon de la libération avec Paris, Nantes, Grenoble et Vassieux-en-Vercors en 1946. Ce titre a été décerné pour récompenser les personnes, les unités militaires et les collectivités civiles se signalant dans l'oeuvre de libération de la France.

Devant la fenêtre de notre chambre, une ostréicultrice de l'île vend sa récolte. Les goélands lancent leurs cris aigus en suivant les pêcheurs. Des petits oiseaux fouillent les algues à la recherche d’insectes. Des enfants s'avancent dans l'eau qui n'est pas si fraîche ce mois d’août. En fonction de la hauteur de la marée, le paysage change. Un peu plus loin, un mur semble vouloir barrer l'horizon. Il est l'objet de grands soins de consolidation actuellement. Ce n'est qu'une fragile protection contre les éléments océaniques qui pourraient balayer les constructions de l'île si fragiles à marée haute quand de fortes vagues se liguent comme pour attaquer et détruire ces frêles installations humaines.

L'autonomie énergétique

En fin d'après-midi, nous rejoignons une réunion des Iliens partants en croisade contre le changement climatique. L'océan atteint des terres de plus en plus hautes et en particulier à Sein. L'explication principale est le réchauffement climatique due au CO2 lâché dans l'atmosphère par les activités humaines et en particulier par l'utilisation des énergies fossiles pour produire de l'électricité. Sur l'île de Sein, l'électricité est produite avec une mini-centrale à fuel qui dépense 420 000 litres de pétrole par an et qui consomme dix fois plus qu'une installation optimisée. Pour combattre ce réchauffement climatique et la montée des eaux, les habitants souhaitent donc commencer par se montrer exemplaires sur leur île en remplaçant la centrale existante par des systèmes à énergie renouvelable comme des éoliennes, des hydroliennes et des panneaux solaires. Ces solutions devraient être beaucoup moins chères que la solution actuelle, comme le démontre les études de l'ingénieur thermicien Patrick Saultier présentant le propos. Mais là, il s'agit de combattre le monopole d'EDF datant de 1946. Cette petite île ne mobilise pas les intérêts de la grande compagnie d'état qui a beaucoup de soucis avec sa rentabilité dans les activités nucléaires. Créer un précédent avec l’île de Sein serait une brèche dans le monopole et pourrait donner des idées à d'autres territoires. Les Iliens cherchent des solutions pour contourner EDF qui paye des juristes pour orienter les dispositions légaux en sa faveur. La persévérance de Sein arrivera-t-elle à faire évoluer cette situation paradoxale qui empêche cette solution gagnant-gagnant en réunissant les avantages de coûter moins cher et de réduire la participation au changement climatique ? Pour montrer notre solidarité, nous avons pris une adhésion à l'association ATREIS. La force de cette action est la bonne image de l'île dans la population française. Mais une partie de la population n'adhère plus à ce projet préférant faire confiance à EDF.

La vie sur l'île

Le soir, nous dînons au Tatoon, une bonne adresse, au bout de notre quai avant de marcher en équilibre sur le sommet du mur de protection. Le matin, nous avons pris le petit déjeuner à l'hôtel Ar-Men et réservé un ragoût de homard pour le soir. Puis nous avons grimpé les 250 marches du phare de Goulenez qui nous a offert une vue panoramique à 360° sur tous les environs. Quelques murets témoignent des efforts passés pour produire avec des petites cultures ou de petits élevages. Aujourd'hui la campagne de l'île est rase. Les arbres n'ont pas pu se développer. Seul le tamaris se plaît autour des maisons. Nous avons vu détaler un lapin et avons vu des crottes de cette animal. Il est le grand ennemi des îles en grignotant toute la végétation sans y connaître de prédateur.

Martine a participé à une sortie kayak pour aller saluer un groupe de phoques qui a ses habitudes sur des roches près de l'île. Les mammifères marins ont l'habitude de ce voisinage et n'hésitent pas à se montrer leurs différents profils.

Pendant ce temps, je suis allé lire à l'atelier-café qui est le rendez-vous des artistes. Puis, je suis allé dire bonjour au nouveau médecin qui vient de s'installer sur l'île. Pour l'instant, elle voit du monde, mais elle se doute que ce sera plus calme en hiver.

L'église de l'île de Sein est un assez grand bâtiment avec un intérieur classique. J'ai remarqué une maquette de bateau suspendue. L'extérieur est simple. A coté de l'église, deux menhirs appelés les causeurs, semblent bavarder entre eux et suscitent aussi des commentaires des touristes du jour qui aiment à se faire photographier au milieu.

Le soir, quand les touristes sont repartis sur le continent, les Iliens se retrouvent sur les quais. Un verre à la main, ils se défient aux boules. L'animation bat son plein jusqu'à la nuit tombée. L'île de Sein est un art de vivre à l'abri du tumulte du continent, qui mérite l'effort d'une découverte de préférence sur plusieurs jours pour s'affranchir de l'excitation du jour avec les flots de touristes.

François

A savoir :
Hôtel Ar-men - Ile de Sein – restaurant et 10 chambres – le restaurant est fermé le mercredi
Chez Minette – Ile de Sein - 06 79 79 08 63 – chambres d'hôtes sur le port
Le Tatton - Ile de Sein - Restaurant
L'atelier café - Ile de Sein - Restaurant
IDSE Ile de Sein Energies
ATREIS Les Amis de la TRansition Energétique de l'Île de Sein, avec et pour ses habitants
Ile de Sein Nautisme - L'association organise des sorties en mer sur des kayaks. L'une d'elle part à la rencontre des phoques et a parfois la chance de frôler des dauphins.
Almanach du Marin Breton - le livre de référence sur les marées qui donnent aussi beaucoup d'informations sur la navigation. Un chapitre est consacré au Raz de Sein et à l'ïle de Sein
En 2016, le musée est fermé pour travaux.

Le port vue de la chambre AR ZENITH à partir de laquelle Marie Menou a fait écouter aux Sénans l'appel du Général de Gaulle


Le quai des Français Libres


J'aime Bof 4 personnes ont aimé cette page.


Votre commentaire sur 'L'ile de Sein'